Emilie
Urbany :

SON IMPLICATION

dans la transformation digitale à travers l’implémentation
de Business Models de plateformes

Emilie Urbany :
son implication

dans la transformation digitale à travers l’implémentation
de Business Models de plateformes

Comment créer de la valeur ? C’est l’éternelle question, toujours renouvelée, des entreprises et de tous les acteurs économiques en général. Et c’est précisément le rôle des business models que d’apporter des réponses. Les business models décrivent les mécanismes (proposition de valeur, architecture, équation profit) qui permettent à une entreprise de générer des profits.

La révolution numérique offre de nouvelles modalités de création de valeur et bouleverse les business models établis. L‘un des principaux objectifs de la transformation digitale est de tirer avantage des nouveaux modèles économiques qui ont émergé grâce au numérique et aux nouvelles technologies.

Comme l’explique Emilie Urbany, consultante en innovation et en accélération numérique, les « plateformes » représentent un des business models emblématiques de la révolution digitale.

S’appuyant sur sa compréhension des nouveaux outils digitaux et sa connaissance des besoins business, Emilie Urbany accompagne les entreprises dans leur projet de transformation digitale – de l’identification des nouvelles opportunités à la modernisation des business models.

Comment créer de la valeur ? C’est l’éternelle question, toujours renouvelée, des entreprises et de tous les acteurs économiques en général. Et c’est précisément le rôle des business models que d’apporter des réponses. Les business models décrivent les mécanismes (proposition de valeur, architecture, équation profit) qui permettent à une entreprise de générer des profits.

La révolution numérique offre de nouvelles modalités de création de valeur et bouleverse les business models établis. L‘un des principaux objectifs de la transformation digitale est de tirer avantage des nouveaux modèles économiques qui ont émergé grâce au numérique et aux nouvelles technologies.

Comme l’explique Emilie Urbany, consultante en innovation et en accélération numérique, les « plateformes » représentent un des business models emblématiques de la révolution digitale.

S’appuyant sur sa compréhension des nouveaux outils digitaux et sa connaissance des besoins business,
Emilie Urbany accompagne les entreprises dans leur projet de transformation digitale – de l’identification
des nouvelles opportunités à la modernisation des business models.

LA TRANSFORMATION DES ENTREPRISES
PASSE PAR LE DIGITAL

Un constat s’impose : les entreprises françaises, en particulier les PME et les ETI, sont à la traîne.
Beaucoup d’entre elles n’ont pas encore pris le virage induit par la révolution numérique.
C’est ce dont témoigne une étude publiée en 2017 par Bpifrance. Réalisée auprès de 1814 dirigeants, l’étude fait un constat sans appel : pour 20% des dirigeants de PME et d’ETI, la transformation digitale n’est pas à l’ordre du jour.
Pire : elle ne constitue une priorité stratégique que pour 13% des répondants.

Et pourtant, la transformation digitale – c’est-à-dire l’adaptation des entreprises aux bouleversements induits par la révolution numérique – est un enjeu crucial pour les entreprises, quelle que soit leur taille, quel que soit le secteur d’activité. La vague du digital concerne toutes les entreprises. Ces dernières doivent se transformer rapidement si elles ne veulent pas voir leur activité péricliter au bénéfice d’acteurs plus réactifs.

Selon Emilie Urbany, consultante en stratégie digitale et innovation pour le groupe Solvay, la révolution numérique est d’abord et avant tout une révolution de l’information. Elle est marquée à la fois par une inflation de l’information liée à la multiplication des canaux de diffusion et par un passage au temps réel : n’importe quelle information est accessible en deux ou trois clics. La maîtrise de l’information est l’un des grands enjeux de la transformation digitale. Emilie Urbany en est convaincue.

LA TRANSFORMATION DES ENTREPRISES
PASSE PAR LE DIGITAL

Un constat s’impose : les entreprises françaises, en particulier les PME et les ETI, sont à la traîne.
Beaucoup d’entre elles n’ont pas encore pris le virage induit par la révolution numérique.
C’est ce dont témoigne une étude publiée en 2017 par Bpifrance. Réalisée auprès de 1814 dirigeants, l’étude fait un constat sans appel : pour 20% des dirigeants de PME et d’ETI, la transformation digitale n’est pas à l’ordre du jour.
Pire : elle ne constitue une priorité stratégique que pour 13% des répondants.

Et pourtant, la transformation digitale – c’est-à-dire l’adaptation des entreprises aux bouleversements induits par la révolution numérique – est un enjeu crucial pour les entreprises, quelle que soit leur taille, quel que soit le secteur d’activité. La vague du digital concerne toutes les entreprises. Ces dernières doivent se transformer rapidement si elles ne veulent pas voir leur activité péricliter au bénéfice d’acteurs plus réactifs.

Selon Emilie Urbany, consultante en stratégie digitale et innovation pour le groupe Solvay, la révolution numérique est d’abord et avant tout une révolution de l’information. Elle est marquée à la fois par une inflation de l’information liée à la multiplication des canaux de diffusion et par un passage au temps réel : n’importe quelle information est accessible en deux ou trois clics. La maîtrise de l’information est l’un des grands enjeux de la transformation digitale. Emilie Urbany en est convaincue.

Les Business Models de plateformes sont au cœur
de la transformation digitale

Comme le fait remarquer Emilie Urbany, les plateformes et les modèles économiques qui leur sont associés sont au cœur de la révolution digitale.
Vous en doutez ? Pensez simplement :

  • aux moteurs de recherche (Google, Bing, Qwant etc.),
  • aux réseaux sociaux (Facebook, Twitter, Instagram),
  • aux marketplaces (Amazon, Priceminister…),
  • aux plateformes de streaming vidéo (YouTube, Dailymotion) ou musical (Deezer, Spotify…),
  • au crowdfunding,
  • aux applications de rencontre (Tinder, Snapchat),
  • aux plateformes de mise en relation de particuliers à particuliers (Craiglist, Leboncoin, Airbnb, Blablacar…),
  • ou de professionnels à particuliers (Uber).

Les entreprises technologiques sont pour la plupart basées sur des business models de plateformes.

Les modèles économiques rattachés aux plateformes sont nombreux : commission, pourcentage sur les transactions, publicité, abonnement, monétisation des données utilisateurs, affiliation, etc.

Si les barrières à l’entrée sont souvent limitées, tout l’enjeu consiste pour les entreprises à identifier le modèle économique pertinent et les outils permettant de tirer profit des potentiels de marché en attirant un maximum de consommateurs et de fournisseurs.

Les PME et les startups participent activement au marché des plateformes, comme en témoigne la multiplication des applications de mise en relation dans tous les domaines. De plus en plus d’entreprises, soucieuses de développer de nouveaux leviers de croissance, décident de développer leur propre plateforme digitale.

Fondation Doe

Evangélisatrice du digital depuis maintenant de longues années, Emilie Urbany s’appuie sur sa connaissance des besoins métiers et son expérience auprès des entrepreneurs pour aider les entreprises à imaginer des business models de plateformes cohérents avec leurs enjeux.

Elle a par ailleurs imaginé, via sa société AIMI, une plateforme collaborative dans le domaine de la formation professionnelle à destination des RH. Pour elle, les business models de plateformes représentent une opportunité encore sous-exploitée par nombre d’entreprises.

Les Business Models de plateformes sont au cœur de la transformation digitale

Comme le fait remarquer Emilie Urbany, les plateformes et les modèles économiques qui leur sont associés sont au cœur de la révolution digitale.
Vous en doutez ?
Pensez simplement :

  • aux moteurs de recherche (Google, Bing, Qwant etc.),
  • aux réseaux sociaux (Facebook, Twitter, Instagram),
  • aux marketplaces (Amazon, Priceminister…),
  • aux plateformes de streaming vidéo (YouTube, Dailymotion) ou musical (Deezer, Spotify…),
  • au crowdfunding,
  • aux applications de rencontre (Tinder, Snapchat),
  • aux plateformes de mise en relation de particuliers à particuliers (Craiglist, Leboncoin, Airbnb, Blablacar…),
  • ou de professionnels à particuliers (Uber).

Les entreprises technologiques sont pour la plupart basées sur des business models de plateformes.

Les modèles économiques rattachés aux plateformes sont nombreux : commission, pourcentage sur les transactions, publicité, abonnement, monétisation des données utilisateurs, affiliation, etc.

Si les barrières à l’entrée sont souvent limitées, tout l’enjeu consiste pour les entreprises à identifier le modèle économique pertinent et les outils permettant de tirer profit des potentiels de marché en attirant un maximum de consommateurs et de fournisseurs.

Les PME et les startups participent activement au marché des plateformes, comme en témoigne la multiplication des applications de mise en relation dans tous les domaines. De plus en plus d’entreprises, soucieuses de développer de nouveaux leviers de croissance, décident de développer leur propre plateforme digitale.

Fondation Doe

Evangélisatrice du digital depuis maintenant de longues années, Emilie Urbany s’appuie sur sa connaissance des besoins métiers et son expérience auprès des entrepreneurs pour aider les entreprises à imaginer des business models de plateformes cohérents avec leurs enjeux.

Elle a par ailleurs imaginé, via sa société AIMI, une plateforme collaborative dans le domaine de la formation professionnelle à destination des RH. Pour elle, les business models de plateformes représentent une opportunité encore sous-exploitée par nombre d’entreprises.

SON METIER : BRIDGE BUILDER

 

Diplômée de l’ISC Paris (major de promotion) et d’HEC Paris (Executive MBA), passée chez EY
et VISION IT Group (onepoint.), une société de conseil en transformation et solutions digitales,
Emilie Urbany accompagne les entreprises, tous secteurs confondus, dans leur démarche de transformation digitale.
Elle a acquis, de par sa formation et ses expériences, une connaissance fine des nouveaux modèles économiques
(Osterwalder, Odyssey 3.14…) et en tirent profit pour imaginer des solutions personnalisées et innovantes.

En qualité d’experte en digital et innovation au sein du groupe Solvay, elle a été amenée à piloter plusieurs projets  digitaux, que ce soit l’utilisation de la technologie big data pour accroître l’efficacité du marketing ou des ressources humaines, l’adoption d’outils innovants pour améliorer la collaboration, casser les silos et réduire le nombre d’e-mails ou encore mettre en place un programme de passeport digital pour vulgariser les nouvelles technologies (blockchain, intelligence artificielle, IoT, cybersécurité….) et acculturer le groupe Solvay au digital.

Emilie Urbany se définit comme « Bridge Builder », ou comme « étableuse », en référence au terme du sociologue Robert Linhart. L’étableur, c’est celui qui donne de son temps pour aider ses collaborateurs à intégrer le digital dans leur manière de faire et de penser. Depuis 2016, Emilie Urbany se consacre pleinement à cette mission: partager ses connaissances le plus largement possible et aider les entreprises à implémenter, dans un esprit collaboratif et horizontal, de nouveaux process métiers, de nouveaux outils et enfin et surtout de nouveaux business models générateurs de valeur. Cela ne fait aucun doute : son métier ne connaît pas la crise et n’est pas prêt de la connaître.

SON METIER : 
BRIDGE BUILDER

Diplômée de l’ISC Paris (major de promotion) et d’HEC Paris (Executive MBA), passée chez EY et VISION IT Group (onepoint.), une société de conseil en transformation et solutions digitales, Emilie Urbany accompagne les entreprises, tous secteurs confondus, dans leur démarche de transformation digitale.
Elle a acquis, de par sa formation et ses expériences, une connaissance fine des nouveaux modèles économiques (Osterwalder, Odyssey 3.14…) et en tirent profit pour imaginer des solutions personnalisées et innovantes.

En qualité d’experte en digital et innovation au sein du groupe Solvay, elle a été amenée à piloter plusieurs projets  digitaux, que ce soit l’utilisation de la technologie big data pour accroître l’efficacité du marketing ou des ressources humaines, l’adoption d’outils innovants pour améliorer la collaboration, casser les silos et réduire le nombre d’e-mails ou encore mettre en place un programme de passeport digital pour vulgariser les nouvelles technologies (blockchain, intelligence artificielle, IoT, cybersécurité….) et acculturer le groupe Solvay au digital.

Emilie Urbany se définit comme « Bridge Builder », ou comme « étableuse », en référence au terme du sociologue Robert Linhart. L’étableur, c’est celui qui donne de son temps pour aider ses collaborateurs à intégrer le digital dans leur manière de faire et de penser. Depuis 2016, Emilie Urbany se consacre pleinement à cette mission: partager ses connaissances le plus largement possible et aider les entreprises à implémenter, dans un esprit collaboratif et horizontal, de nouveaux process métiers, de nouveaux outils et enfin et surtout de nouveaux business models générateurs de valeur. Cela ne fait aucun doute : son métier ne connaît pas la crise et n’est pas prêt de la connaître.